Critique de spectacle: Wesli Band et Vox Sambou

Le spectacle Musique du Monde avec Vox Sambou en première partie et Wesli Band, présenté par le festival Fondu au Noir le 18 février 2012 au Cabaret du Mile-End, a été un spectacle envoutant, avec une énergie brûlante. Les artistes au menu ont assurés une qualité de prestation hors-paire.

En première partie, un artiste engagé, attaché à ces racines et ayant une passion folle de la culture hip hop, Vox Sambou a offert à ses fans un jolie voyage dans son univers métissé aux sonorités colorées, avec un doux parfum des Antilles. Pour avoir suivi de loin l’évolution musicale de Vox, de part son parcours dans Nomadique Massive, puis sa carrière solo, il a su trouver sa signature qui le démarque et crée son authenticité. Contrairement aux premières parties blazés et limités à quelque pièces, Vox a fait preuve d’énorme générosité en permettant aux fans de savourer pleinement son répertoire par ricochet explorer l’étendu de son talent sans restriction. Une belle innovation, une merveilleuse initiative au niveau du son, Vox avait à son arc un arsenal d’instruments classique méticuleusement bien choisi. Saxophone ténor, violon, charmante choriste, bassiste, claviériste, batteur, tous utilisant leurs instruments avec virtuose ont hissé Vox au sein de ceux offrant un spectacle riche et percutant. Vêtu d’un pantalon blanc, d’un nœud rouge et veston noir, le concept semblait bien rodé car il correspondait de près avec la spiritualité de ses textes. Une plume rassembleur, des mots qui exhorte à la paix, la justice, le tout concocté dans un rap fusionnant rythmique antillaise et beat commercial. Une présence sur scènes fulgurante, un spectacle électrisant, Vox a presque volé la vedette!!!

Dans sa personnalité timide, le clou de la soirée, notre raison d’être au Cabaret du Mile-End, Wesley nous est apparu dans le calme le plus complet, débutant sa partie avec douceur nous laissant sans anticipation de ce qui nous attendais. Les fans semblaient un peu perplexes dans l’ouverture de cette partie officielle du spectacle. Au-dessous des attentes de plusieurs, le spectacle de Wesli’s Band à démarré sur une note latente. Une certaine confusion au niveau du concept visuel planait au sein du Cabaret Mile-End. En dépit de tous cela, ce show à quand été marqué de moment fort et captivant. Une choriste aux multiples talents nous tenait en haleine dans ses nombreuses routines sou poudrées de sa voix angélique. Un percussionniste déchainé, martelait avec assurance ses congas, cymbales et autres accessoires vibrants. Une section de cuivre très à point sur les enchainements procurait l’enveloppe sonore nécessaire pour réjouir nos tympans. Un peu étourdi par la variété des styles musicaux Wesli a quand fait danser la foule, prenant un parcours par moment cahoteux parsemé d’un mélange rythmique entre le reggae et le kompa, avec un léger détour vers des sonorités plus caressantes et parolières tel Manno Charlemagne et Beethova Obas, suivi d’une envolé vers l’univers de Fémi Kuti pour atterrir dans les bras de Tiken Jah Fakoly….Pour suivre ce spectacle il faut avoir la boucle bien attaché. Un band très joyeux et festif, ça bouge beaucoup sur scène…Pour les amateurs de haute sensation je vous le recommande.

Djimy Rouzard

Crédit: Photo Vox Sambou au Cabaret du Mile-End par J-son Sonny

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.