the-kills-metropolis-2016

The Kills explosent le Métropolis

Le duo le plus rock’n roll de ces dernières années était de passage à Montréal, au Métropolis, mercredi soir. Les Kills ont donné une performance explosive pour présenter leur nouvel album, Ash & Ice.

À son entrée sur scène, elle était comme une lionne en cage. Avec sa crinière blonde décolorée et ses dents serrées, Alison Mosshart a tout donné. TOUT. Ses premiers pas sur scène ont littéralement déclenché un début d’émeutes dans la fosse. La reine trépignait d’impatience alors que les premiers riffs de Jamie Hince résonnaient. Enfin, elle pouvait empoigner son micro. Le bal le plus rock’n roll de l’année s’est alors ouvert sur l’un des titres du dernier album des Kills: Heart of a Dog.

Crédit photo: Delphine Jung

Crédit photo: Delphine Jung

Crédit photo: Delphine Jung

Crédit photo: Delphine Jung

Crédit photo: Delphine Jung

Crédit photo: Delphine Jung

Crédit photo: Delphine Jung

Crédit photo: Delphine Jung

Pendant toute la durée du concert, c’est avec son corps que la chanteuse charismatique s’est exprimée. Comme transpercée par chaque notes jouées par son acolyte. De la tête au pied, sa silhouette longiligne s’est déhanchée sur la scène. Elle en est même arrivée à tomber à terre, sans lâcher son micro, medium indispensable pour faire passer sa rage. Elle avait de l’énergie pour toute la salle. Mais c’est ensemble qu’ils ont montré de quoi ils étaient capables. Balancé un bon gros rock garage. De celui qui fait transpirer plus que les autres. Un concert dont on s’imaginait sortir en sentant la bière, une odeur de cigarette dans les cheveux.

À ses côtés, Jamie Hince faisait l’amour à sa guitare. Plus calme. Plus sobre. Il avançait par moment sur le bord de la scène, bombant le torse, regardant au loin, fier de montrer que le patron, c’était lui. L’alchimie entre les deux était une simple évidence, on n’imaginait pas l’un sans l’autre.

Le groupe a clôturé son passage montréalais par un épique Fried my little brain quelques minutes après un énergique Tape Song, bien plus pêchu que la version studio.

Mais une telle intensité a eu un prix: 1 h 20 de concert, on en attendait plus. On aurait même rêvé en avoir plus. Mais on vous l’a dit, ils ont tout donné. Tout.

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *