Critique

Toujours et à jamais, Tabou Combo

tabou combo

Tabou Combo a gracieusement clôturé hier soir, la 28e édition du Festival International Nuits d’Afrique de Montréal. Les vétérans du konpa ont ravi leur auditoire en chantant leurs plus grands classiques tels que gade noupamouye , pi gwo pi long et comment oseraient-ils passer sur l’île d’Haïti du Canada (Montréal) sans chanter leur propre hymne national, AyitiCherie, accueilli sous la grande euphorie de leur public enchanté. Certains se demanderont des questions du genre : « Comment se fait-il que ce soit Haïti qui ait clôturé l’événement? » Je réponds à cela que l’année dernière, c’était Cuba, une autre île des Antilles qui a clôturé le Festival donc la raison pour laquelle ces deux cousins ont eu ce privilège, c’est tout simplement à cause de leurs rythmes, dérivés de la Terre-Mère, l’Afrique.

N’oublions pas que le konpa découle principalement, de la rumba congolaise!

Indépendance cha-cha…

Share this:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.