Culture

Bad News Brown, je me souviens!

Chers amis loungers, en ce mois de l’histoire des noirs je tiens à partager avec vous un évènement qui est survenu le 11 février 2010 avons appris le mort de notre frère Paul Frappier alias Bad News Brown une mort tragique une nouvelle qui ébranlé la communauté noir de Montréal et artistique.

Bad News Brown était un artiste respecté autant pour son parcours que pour son talent artistique. Née en Haïti et adopté ensuite par une famille Québécoise, il a commencé sa carrière en jouant de l’harmonica dans le métro de Montréal, ainsi la presse locale à vue que son style montrait un rythme de blues de Jazz et de hip-hop cela se passa dans les années 2000, L’ONF a fait un documentaire également sur lui. Oui la vie de Bad News Brown était remplie respecté par ses pairs «c’était un artiste extraordinaire réussissant à amener dans un concept de modernité un instrument (l’harmonica) qui de prime abord ne semblait pas avoir sa place dans le cadre de la musique urbaine. Il faisait un peu un mariage de la tradition (blues) avec la musique autrement dit « de jeune». Dit l’artiste Jahnice qui respectais le style du rappeur et est d’accord du fait que la communauté artistique de Montréal a perdu un de ses grands artistes «C’était bien sûr un musicien talentueux et un pionnier de la scène urbaine du Québec. Également, il était très présent sur la scène. De plus sa carrière solo ne faisait que décoller. Qui sait ce que cela allait amener. En tant que musicien unique son utilisation de l’harmonica n’allait pas non plus se démoder je crois (étant déjà un instrument ayant une certaine histoire). »

« J’animais une émission de radio je l’avais interviewé, je l’avais déjà rencontré plusieurs fois, je l’es vu plusieurs fois lors de ses spectacles il me fessait paraître comme un excellent artiste qui ce démarquait des autres rappeur je trouvais cela impressionnant il ce distinguait des autres artistes avec le son de l’harmonica, d’ailleurs il me parla du fait qu’il jouais de l’harmonica pour passer le temps et que plus tard il ne s’en séparait pas il le traînait avec lui partout dans la ville de Montréal la manière dont il mélangeait cette instrument plus le rythme hip-hop cela ma vraiment surpris d’apprendre sa mort, pour moi Bad news représentait par sa musique, par son harmonica la ville de Montréal.» Dit Sébastien Tétrault avec qui j’ai entretenu une conversation concernant Bad News Brown que sa carrière prenait du galon et qu’il aurait aimé le recroisé dans la rue, dans cette vie.

Si je puis dire je connaissais guère Bad News Brown mais par les commentaires que certaine personnes de son entourage ou bien des gens dans le milieu artistiques c’était une personne qui représentais la ville de Montréal sur toute ces couleurs beaucoup ce demande pourquoi? Qui aurait voulu lui faire du mal cela nous ne le sauront peut-être jamais. En terminant d’écrire ces mots je tiens à souligner qu’il n’était seulement connu sous le nom de Bad News Brown il n’était pas seulement un artiste, un brillant musicien, c’était un ami, un frère, un fils une étoile parmi tant d’autre qui n’arrêteras pas de briller et qui par sa disparition marqueras encore les générations d’artistes à venir.

R.I.P Paul Frappier.

Share this:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.