Corneille : Un passage mémorable aux Francofolies de Montréal

 

Il y a des shows comme ça qu’on ne voudrait jamais voir se terminer, et ça a été le cas hier sur les planches du Club Soda, pour le grand retour de l’enfant chéri du pays, j’ai nommé Corneille! Par où commencer pour vous décrire cette soirée exceptionnelle… trop de sentiments, et de mélodies se mélangent dans ma tête!

C’est un Corneille en forme que Montréal a retrouvé hier après 6 ans d’absence, et la moindre des choses que l’on puisse dire, c’est que la joie des retrouvailles c’est fait sentir! Un public déchaîné et qui tout au long des 1h30 de show n’a cessé de scander sa joie et son amour pour le petit prodige local, et un Corneille heureux comme un pape de retrouver ses premiers fans, ceux qui l’ont encouragés et suivis depuis ses débuts.

Une sorte de réunion de famille autour du thème « Les Inséparables » (titre de son dernier opus), qui a dégénérer en gros party! C’est sur des beats odacieux, et des arrangements signés Marco Volcy, que Corneille nous a dévoilé une nouvelle facette, plus joviale et plus festive que celle quelque peu mélancolique qu’on lui connaissait jusqu’alors. Une image dont il voulait se défaire, et on peut dire que c’est un pari réussi!

Mélange de saveurs r&b et soul, c’est un Corneille souriant et enjoué qui est venu hier nous présenter les pièces de son dernier album, dont les thématiques prônent l’espoir, la joie et l’amour!

C’est avec le titre « L’espoir en stéréo » qu’il a ouvert le bal, pour poursuivre avec « Quand Paris t’appelle« , remixé pour l’occasion en « Quand Montréal t’appelle« , « Le jour après la fin du monde« , ou encore le titre qui m’a mis la larme à l’œil, le délicat « Tout ce que tu pourras« , en piano voix, dédié à son premier enfant.

Et pour les nostalgiques dont je fais partie, un retour dans le passé bien apprécié sur des titres comme « Les marchands de rêve« , « Ensemble« , « Le bon Dieu est une femme » accompagné pour l’occasion par le voix profonde et chaude de Melissa (Star Académie) ; ou encore celui qui a fait son succès « Avec Classe« , dont l’arrangement façon zouk-r&b m’a entrainé dans un fulgurant déhanchement chaloupé!

Un retour attendu, de part et d’autre, où l’on a senti Corneille ému, touché et d’une sincère reconnaissance envers ce public montréalais qui ne l’a jamais oublié!

Un come back que l’on doit aux Francofolies, et un album sur lequel je vous conseille de vous ruer si ce n’est pas déjà fait!

KeepMusicAlive… FunKeishaDelic!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.