Culture, Musique

La force des mots : Lou Piensa en professeur

Lou Piensa, membre du groupe Nomadic Massive, a honoré la semaine du hip hop de Montréal de sa présence lors d’un workshop à l’Université McGill. Deux heures pour apprendre à des rappeurs en herbe à utiliser au mieux leurs mots tout en prenant en compte la rythmique de base du hip hop.

Partage des rimes de chacun, sous le regard attentif de Lou Piensa

Partage des rimes de chacun, sous le regard attentif de Lou Piensa

Lou Piensa s’improvise professeur pour quelques heures. Au plus grand plaisir de la dizaine de jeunes venus le rencontrer pour en prendre de la graine. Mais avant de commencer le worshop qui est consacré à l’écriture de vers dans le hip hop, place à un petit historique des MC’s. Photos à l’appui, Lou Piensa évoque pendant quelques minutes les pères fondateurs: Kool Herc ou encore Afrika Bambaataa avant de passer aux choses sérieuses: technique rythmique, figures de style etc. « L’idée, c’est de montrer qu’on peut faire des choses positives avec le minimum », explique-t-il. Face à lui, une dizaine de jeunes. Certains sont déjà rappeurs dans l’âme, comme Diego, qui se fait appeler Dirty D MTL: « Je voulais rencontrer Lou et évoluer dans l’écriture », affirme-t-il en prenant consciencieusement ses notes. A ses côté, Joshua affirme vouloir apprendre. Amru ajoute: « J’adore écrire et j’adore le hip hop. J’écris déjà des chansons mais je veux en savoir plus ». Quelques filles sont aussi là. L’une d’elle a même pris le micro pour faire le beat, tandis que Lou Piensa mettait en pratique ses dires. D’ailleurs, pour que les élèves du jours comprennent mieux comment construire des rimes, Lou a pris soin de décomposer un beat au tableau. « Il faut d’abord comprendre le rythme, le tempo, le flow », avant d’y coller quelques vers. Tout en rappelant: « Ca, c’est la théorie, mais le mieux, c’est d’avoir le feeling ». Après ces quelques exercices, les jeunes ont le reste de la séance pour écrire un morceau tous ensemble. Timides s’abstenir, car tout le monde passe à la casserole et montre de quoi il est capable. Un dernier conseil de Lou pour la suite: « Ce qui fait un bon MC, c’est la technique. Il faut avoir un bon rapport au rythme et aimer les mots. Et surtout, être soi-même ». A bon entendeur…

Mettre en oeuvre la pratique après la théorie

Mettre en oeuvre la pratique après la théorie

 

Une élève s'est prêté au jeu et à fait le beat

Une élève s’est prêtée au jeu et a fait le beat

 

Au travail !

Au travail !

Share this:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.