Culture

« Noir et blanc aussi » de Jean François Méant & « Kina » de Sounkalo Dao

Hier à l’ONF, et dans le cadre du Festival du Film Black de Montréal, était diffusé les documentaires  « Noir et blanc aussi… » de Jean François Méant & « Kina » de Sounkalo Dao.

Deux reportages émouvants, tant par le thème abordé que par les images diffusées.  Deux documentaires traitant d’un même sujet : l’albinisme en Afrique ; deux visions sur un même continent ; un seul et même combat : le droit au respect et à la différence!

« Noir et blanc aussi… » a débuté les festivités. Le film se passe en TanzaniePays aux immenses espaces, où les montagnes et les volcans jaillissent des entrailles de la Terre, pays des grands lacs, pays aux savanes infinies ponctuées d’acacias et de baobabs, pays aux paysages dignes du jardin d’Éden… Pays où depuis 2007 les albinos sont traqués, attaqués, mutilés et tués pour leurs membres censés porter chance et avoir des vertus curatives.

L’ambiance était tendue hier soir dans la salle de projection n°1 de l’ONF. Personne n’osait dire un mot, tous nous étions absorbés par la dureté des images et par les propos tenus. Nous citoyens d’Amérique du Nord, qui pour beaucoup ne connaissent l’Afrique qu’à travers la musique et les quelques images diffusées par-ci par-là sur les chaînes du cable, voir des telles atrocités, et ce dire qu’au 21ème siècle de telles aberrations puissent encore exister… le choc était dur, et la réalité sordide. 

Un sujet très complexe, où l’on a pu constater que les croyances d’un peuple, même faussées, vis à vis de ce qui n’est pas normalité pour ces derniers, peut avoir des conséquences plus que dramatique. Des croyances lointaines et profondes qui au dépend de la vie de ces jeunes enfants, perdurent…

Alors que le second documentaire se déroulait sur une touche bien plus positive, « Kina » nous raconte l’histoire d’une petite fille très bavarde et pleine de malice, prénommée Sakina, communément appelée Kina, originaire du Burkina Faso et qui vivait pleinement et sans complexe sa « différence », son albinisme était ici vu comme un don de Dieu.

C’est profondément touché par le courage de ces jeunes enfants, et de leur famille ; le cœur plein d’émotions qui s’entremêlait entre rire et larmes, que je suis sortie de cette séance.

Deux documentaires que je vous conseille vivement… une belle leçon de vie et de courage!!

Power To The People… FunKeishaDelic!!!

Share this:

2 Commentaires

  1. BELLET Catherine

    5 février 2013 at 11:00

    Bonjour, comment peut on se procurer ces documentaires, pour les diffuser dans le cadre du festival ‘ femmes en résistances’ qui se déroule à Sceaux France, au mois de septembre de chaque année. Je vous remercie de votre réponse

    1. Funkeishadelic

      19 février 2013 at 15:33

      Bonjour Catherine,

      Excusez moi pour la réponse tardive! Je vous inviterais à communiquer avec l’ONF ici à Montréal, ou les réalisateurs eux mêmes, ils sont très ouverts et très receptifs à ce genre d’évènements.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.