akawui LU

Akawui, grand gagnant des Syli d’Or 2015

Hier soir, au Théâtre Fairmount (ancien Cabaret du Mile-End), avait lieu la grande finale des Syli d’Or 2015! Les 3 finalistes étaient AKAWUI, LOS VIEJHA et YAMOUSSA KORA & THOUSAND COLORS.

J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Akawui le grand gagnant de la compétition, hier en après-midi, peu de temps avant sa pratique générale. Il a non seulement remporté les Syli d’Or mais également le prix Afro-Pop. J’ai pu le voir à maintes reprises, performer un peu partout à Montréal et laissez-moi vous dire que ses rythmes et surtout sa voix, m’ont beaucoup fait danser.

Akawui est un chanteur-compositeur-interprète qui nous sort des paroles tantôt-engagés, tantôt-romantiques. Toutes les chansons qu’il a présenté hier soir ont été écrites par lui et les arrangements musicaux sont faits par Yordan Martinez. Lorsque je lui ai demandé à quoi les spectateurs devront s’attendre en le voyant sur la scène du Théâtre Fairmount, il m’a répondu: «À UNE EXPLOSION DE SAVEURS ET DE COULEURS… LITTÉRALEMENT!» Et laissez-moi vous dire qu’il avait raison!!!

J’en profite pour vous faire part de son featuring avec le groupe Redtail Spirit Seniors, un groupe de Kahnawake qui est venu faire vibrer la place avec des sons et des chants de rassemblement et de reconnection avec la Terre.

Akawui, un artiste en constante évolution.

Depuis combien de temps es-tu impliqué corps et âme dans la musique?

Ça fait 5 ans, professionnellement parlant en donnant des spectacles dans les bars.

Je sais que tu viens d’une famille de mélomanes. Ton père est un géant de la musique.
Parle-nous un peu de cet héritage!

Mon père a commencé à faire de la musique à Montréal dans les débuts des années 80…
Il s’est dédié à faire de la musique dans la rue, dans les festivals un peu partout au Québec et au Canada. C’est comme cela que ma formation musicale a commencé, en chantant dans le groupe à mon père.
À 15 ans, j’ai commencé le capoeira et ça m’a introduit aux rythmes brésiliens. Mon maître de capoeira, Mestre Barrāo, m’a également beaucoup encouragé dans le chant et c’est à ce moment que j’ai commencé à chanter seul.

Akawui, tu parles de rythmes brésiliens. Quels sont les autres rythmes qui t’accroche?

La samba, les rythmes africains…et je dois dire que depuis un an, il y a eu un retour aux racines qui s’est fait en ce qui a attrait aux rythmes amérindiens. En fait, tout ce qui est roots m’accroche beaucoup et j’ajoute de la modernisation en incluant un peu d’électro. Je suis un gars de ville, je suis urbain alors je crée de la nouveauté, tout en gardant le côté racine.

Combien d’instruments tu joues?

Près d’une dizaine: quena, quenacho, zanpoña, tarkas, moseño, ocarina (qui sont des instruments à vent) charango (instrument à cordes), des percussions latinos américaines (congas, cagón, cajon peruano…)

Suivez Akawui sur sa page facebook au : https://www.facebook.com/akawui.

Joyeux mois de mai!

One Comment

  • Karina dit :

    Depuis qu’il etait dans le ventre de sa maman, il a ete introduit a la musique.. il a une oreille de musique, I’ll chante de son coeur, ses paroles ont une profondeur,’ sa voix est une melodie qu t’emporte et sa personne d’une joue qui fait danser et bouger la foule. Et pour moi, il est mon petit frero que je le regarde grandir comme un etre de la Terre mais aussi comme un artiste qui a le coeur a la musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *