heymoonshaker

La claque Heymoonshaker

Tout à commencé dans un camping en Nouvelle-Zélande. Andy Balcon et Dave Crowe se rencontrent et forment quelques années après Heymoonshaker. Un savant mélange de beat box et de blues, qui a subjugué les passionnés venus les voir les 9 et 10 février au Théâtre d’Outremont.

Ambiance feutrée dans la salle du petit théâtre d’Outremont ce soir. Quelques-uns sirotent un verre de vin assis à une petite table, d’autres trempent leur lèvres dans une mousse, accoudés au bar. La scène est presque au niveau des tables. Les lumières s’éteignent. Andy et Dave entrent sur la scène. Deux personnages au charisme singulier dont la présence frappe dès les premiers instants.

D’origine britannique, les deux amis profitent de leur passage au Québec pour perfectionner leur français et saluent le public. Il n’en faut pas plus pour qu’il termine de tomber en amour avec le duo, avant même que les premiers riffs résonnent. Andy, de sa voix rauque et profonde s’accompagne de sa guitare aux tonalités blues. Dave entre rapidement en scène et apporte le rythme grâce à son talent de human beat box. La performance est impressionnante. Dave trouve les mots pour en parler: « Notre musique, c’est un peu comme mélanger des spaghettis avec de la confiture ». Le public rit. La connexion se fait rapidement. Le duo est comme chez lui et arrive à créer une intimité surprenante. Parfois le spectacle se transforme même en mini show humoristique, lorsque Dave raconte ses anecdotes tantôt en français, tantôt en anglais.

Ils s’impressionnent mutuellement. Lorsqu’Andy fait son solo de guitare-voix, Dave l’observe avec admiration. Et lorsque c’est Dave qui donne une leçon de beat box, Andy, juste à côté semble presque ému, le sourire aux lèvres.
Le show est captivant. Les deux musiciens livrent toutes leurs tripes au public. L’énergie qui en ressort est incroyable et la proximité avec les gens que permet la petite salle donne une petite touche en plus.

En plus de leurs propres compositions comme Colly Drop, Ten letter word ou encore Stoned de leur album Noir, le duo offre deux reprises, l’une des Beatles, l’autre de Jimi Hendrix. Un concert de deux heures pour un shoot de musique d’une puissance incroyable. Il y a des groupes qui sont nés pour être sur scène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *