L’Intimidation

Ouf! La semaine passée était riche en émotion. Cela parlait beaucoup de la jeune fille qui a vécu l’intimidation, et qui s’est enlevé la vie, car elle n’en pouvait plus.

Mais, qu’est-ce que l’intimidation? Est-ce se laisser intimider par quelqu’un de plus fort, de plus beau, de plus intelligent…? Est-ce que cette jeune fille en ayant une bonne estime d’elle-même, croire en ses capacités, aurait été capable de passer à travers? Ou est-ce qu’il y a eu un manque de compréhension ou de communication entre elle et les gens de son entourage?

C’est difficile aujourd’hui de trouver comment on aurait pu aider la jeune fille ou tout simplement détecté qu’elle avait un besoin et que l’on n’a pas su comprendre les indices avant la triste découverte.

Chers parents, svp, que se soit avec les tout-petits de la garderie, l’âge scolaire, l’adolescent… prenez le temps de converser avec l’enfant et de lui demander à chaque jour comment s’est passé sa journée à l’école.

Prenez le temps de savoir qui sont ses amis et peut-être même ceux qui ne sont pas ses amis. C’est une bonne façon d’en savoir plus sur les raisons, pourquoi ce ne sont pas ses amis.

Prenez le temps de discuter de ses frustrations, de ce qui n’a pas bien été à l’école.

Prenez le temps d’encourager votre enfant.

Prenez le temps de féliciter votre enfant.

Prenez le temps de dire à votre enfant qu’il est le meilleur.

Prenez le temps de dire que les gestes qu’ils pensent faire face à autrui, est-ce qu’il aimerait que l’on lui fasse en retour.

Prenez le temps d’expliquer à votre l’enfant l’importance de respecter ses pairs.

Je sais chers parents que ce n’est pas toujours facile, mais comme on dit,..

MIEUX VAUT PRÉVENIR QUE GUÉRIR.

Jovaniah Debrosse

5 Comments

  • Solita Fatal dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi Jovaniah. D’ailleurs, ma fille n’a que 5 ans mais déjà à tous les soirs avant de se coucher, je lui demande ce qu’elle a aimé et ce qu’elle n’a pas aimé de sa journée. Cela nous permet de faire le point. De mon côté j’apprends à savoir ce qui l’intéresse, la passionne ou encore ce que j’ai (ou d’autres ont) dit ou fait qui l’a blessée. Je m’attarde surtout sur les points qui l’ont blessée afin que nous trouvions ensemble des solutions. De cette façon si la situation devait se reproduire elle saurait comment réagir. Il faut commencer tôt afin d’établir une bonne relation de confiance, de communication et d’écoute avec son enfant afin qu’elle se sente à l’aise de nous parler.

  • Maria dit :

    Merci pour la reflection! C’ est necessaire de savoir comment ils se sent ? et bien sur savoir avec qui ils sont a l’ ecole et si ils sont heureux et s’ ils savent que on les aime? C; est important aussi de dire que il y a des solutions a tous les problemes et que on peut aider a trouver cette solution!

  • Nathalie Duval dit :

    Je pense que tout comme tu le mentionne l’encadrement familial est très important. Il faut être alerte a tout les petits changement au point de vue comportementale chez l’enfant, le rassurer mais aussi le valoriser, de façon a ce qu’il bâtît petit a petit son estime de soi.

  • Jovaniah dit :

    Merci pour vos commentaires! C’est très intéressant de lire vos impressions. Cela permettra ainsi de partager nos réflexions.

  • Nicole Battist Debrosse dit :

    Je suis complètement d’accord avec toi, Jovaniah de cette belle réflexion sur l’intimidation. Bravo!

    En milieu scolaire, beaucoup d’enfants vivent tous les jours de graves problèmes d’intimidation, d’indifférence et de mépris. Les victimes sont toujours tristes, ils restent toujours seuls sur la cour d’école, ils ne veulent pas jouer, ils n’osent pas à aborder quelqu’un pour jouer non plus. Ils prononcent toujours:  »je n’ai pas d’amis, je n’aime pas l’école. Sur la cour de la récréation, ils préfèrent rester toujours près d’un adulte au lieu de participer à un jeu. À la maison, le matin, cet enfant dit toujours, je ne veux pas aller à l’école, parce que j’ai mal au ventre. Alors, je donne un truc pour détecter l’enfant qui vit le problème d’intimidation.

    Suite à ce comportement, à l’école, il est important de questionner l’enfant, de lui demander, pourquoi veux-tu toujours rester près d’un adulte et pourquoi ne veux-tu pas aller jouer avec tes amis? Ces questions-là ont des réponses claires afin d’aider l’enfant à résoudre ses problèmes. C’est que l’enfant confronte de gros problèmes qui pourront nuire à son développement et à son apprentissage. cet enfant vit aussi avec un stress épouvantable.

    Lorsqu’il arrive à la maison, il continue à penser à ce qu’il vive tous les jours. Il a alors la difficulté à étudier, il n’a pas non plus le goût d’aller à l’école. Et s’ il dit à ses parents qu’il ne veut pas aller à l’école, ses parents l’exigent, c’est bien normal!

    Mais le problème n’est pas réglé. L’enfant pense toujours qu’on le pousse en enfer. À un moment donné, il s’est fait mal. Parce qu’il garde tout en dedans de soi-même, il ne dévoile pas ses problèmes. La meilleure façon de le faire ou d’aider un enfant, un adolescent c’est de questionner tous les jours ouvertement sur son déroulement à l’école avec ses amis, son enseignant, qu’est-ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas. C’est clair que l’enfant a trouvé une ouverture pour dire à ses parents ses problèmes.

    L’encadrement commence dans le milieu familial. C’est réellement vrai que l’enfant passe plus de temps à l’école qu’à la maison. Mais, le temps que vous avez avec l’enfant, même lorsque vous êtes à table, profitez de communiquer avec l’enfant. C’est le meilleur moment pour que l’enfant vous dise la vérité avant qu’il soit distrait par ses jeux ou son ordinateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.