Jean Grae Hip hop Week Mtl

Le hip hop enflamme le Belmont

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Vendredi soir, c’était l’épreuve du feu pour les quatre étudiantes de l’Université de McGill qui organisaient la semaine du hip hop à Montréal. Elles ont réussi à faire venir plusieurs figures du hip hop pour un concert au Belmont. Au programme: DJ Garance, Illa J, Bambu, Jean Grae et Freddie Joachim.

Crédits photo: Mathieu Tartare

Crédits photo: Mathieu Tartare

Au Belmont vendredi soir, la soirée commence lentement. Les gens sont encore assis. Ils sirotent une petite mousse et hochent leur tête timidement tandis que DJ Garance ouvre le bal. Mélange de hip hop, r&b et funk, une musique aux accents parfois disco et techno, beats des années 80, cette première partie est éclectique. Certains osent même entamer quelques pas de danse tandis que la piste se remplit peu à peu. Pour faire patienter le public avant l’entrée sur scène d’Illa J, les enceintes lâchent Angela des Saïan Supa Crew. Le jeune rappeur de Detroit arrive en lançant « Put your hands up ! Put your hands up ». Les danseurs déjà bien échauffés s’en donnent à cœur joie. En coulisse, le chanteur raconte: « J’écris des poèmes depuis que j’ai 8 ans. Ce que j’aime dans le hip hop, c’est que tu peux y entrer avec ton propre style. » Ses inspirations: Nirvana, Little Dragons, Busta Rythmes, Jay Z, ou encore Jack White: « Ce mec arrive à faire parler sa guitare », lance-t-il en souriant.

La température de la salle monte encore d’un cran lorsque Bambu s’élance dans l’arène. Le Californien brille par son charisme et sa communication constante avec le public. Paroles militantes, gestes de protestation comme le poing levé du black power, la foule est galvanisée par le personnage. Puis une femme entre enfin sur scène: Jean Grae. Chemise large, bonnet noir, elle dévoile sa multitude de tatouages. La jeune rappeuse explique avant tout les règles du concert avec humour: « Que personne ne monte sur scène pour twerker ! Et vous au premier rang, si vous n’assurez pas, on vous remplace par ceux de derrière. » Les corps se balancent, les mains se lèvent en communion avec celles de la chanteuse, les pieds trépignent. La soirée se termine avec Freddie Johachim. Un succès dont peuvent se satisfaire les quatre jeunes étudiantes, et qui doit les encourager pour une édition numéro deux ! Ce soir, c’est Rakim qui est attendu. Même endroit, même heure !

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *